Bienvenue dans le domaine du roi Udayana : la famille princière vous accueille dans un extraordinaire palais de pierre, sculpté directement dans la montagne.

Pour voyager dans le temps il faut descendre dans les abîmes d’une forêt tropicale escarpée, cheminer à travers les rizières en terrasses qui habillent la profonde vallée.

La route est aménagée et ponctuée des petites échoppes de sculpteurs, mais il ne faut pas hésiter à s’en détourner pour profiter du calme et des couleurs de la nature luxuriante.

Mieux vaut prendre son souffle, et peut-être se rafraîchir un instant, car il y a près de 300 marches pour descendre jusqu’aux mémoriaux royaux (et il faudra les remonter …).

 

Tout en bas l’eau sacrée de la rivière Pakrisan coule tranquillement à travers les rochers.Les explorateurs pourront la longer (avec précautions !) et découvrir des petits bassins naturels mais aussi la faune et la flore encore intactes car rarement dérangées; les autres franchiront simplement le vieux pont de pierre.

Ici se dévoile avec majesté celle que l’on appelle montagne du poète : deux rangées de sculptures de 7 mètres de haut décorent l’imposante paroi du canyon.

La légende raconte que ce lieu a été crée en une seule nuit par le géant Kebo Iwa : en appuyant ses immenses mains de part et d’autre de la rivière, ses ongles auraient laissé ces empreintes fascinantes.


Malheureusement le conte de fées prend une tournure funeste : on dit que ce sont les tombeaux de la famille royale, dont chaque membre est symbolisé dans une cavité. Le roi, son épouse et leurs enfants d’une part, et de l’autre coté de la rivière les cinq maîtresses favorites du roi, qui se seraient jetées dans les flammes du bûcher funéraire afin de le suivre dans l’autre monde.

Une série de sources d’eau protège le sanctuaire, et seuls les prêtres hindous sont autorisés à en recueillir en échange d’offrandes et de récitations de mantra.

Un immense banian déploie ses fabuleuses et innombrables branches. Le temple est toujours utilisé comme lieu de culte, on peut croiser des familles balinaises venues se recueillir ou demander protection, honorer le repos des esprits de ce lieu mystique et déposer de nombreuses offrandes devant les sanctuaires et les symboles des divinités.

La partie la plus ancienne de cette série de monuments est composée de salles creusées directement dans la falaise qui étaient destinées autrefois à la méditation des prêtres et pèlerins. Des sculptures ancestrales y sont honorées, et il est demandé aux visiteurs de se déchausser en signe de respect.

Gunung kawi, la mystérieuse montagne sculptée, séduira tous les amateurs de contes balinais par son atmosphère si singulière. Les passionnés d’histoire seront certainement captivés par ce site archéologique du 11ème siècle qui compte parmi les plus anciens de Bali et resté longtemps secret car situé très en retrait.
Sa découverte fait suite à un périple de chercheurs hollandais en 1920 : l’histoire continue aujourd’hui grâce à sa renommé internationale et inscription au patrimoine mondial de l’Unesco.